Comment identifier une carte sans notice bibliographique ?

Il y a quelques années, on m’a offert une carte de France qui est encore aujourd’hui installée au-dessus de ma bibliothèque. Elle est un rappel constant à mon objet de recherche et symbolise à elle seule le corpus cartographique que j’étudie dans ma thèse. Toutefois, elle n’est pas accompagnée d’une notice bibliographique et sa compréhension peu sembler difficile à un historien non rompu à cet exercice. Comment peut-on alors identifier cet objet cartographique? Ce billet se propose de retracer la démarche que j’ai entreprise pour analyser et étudier cette carte de France. À partir de la reconstitution de ses éditions et rééditions, cette méthode permettra de dévoiler l’auteur de cette adaptation cartographique.

Sommaire

  1. Présentation générale de la Carte de France
  2. L’enquête cartographique : éditions et rééditions cartographiques
  3. Daniel Derveaux, un imitateur de cartes anciennes

1 – Présentation générale de la Carte de France

De prime abord, cette carte semble ne poser aucun problème au lecteur. Visuellement, on distingue trois parties sur l’estampe.

La représentation graphique du royaume de France occupe la majeure partie de l’espace. À l’intérieur, on trouve des toponymes qui pourraient rendre aisée l’identification des différents lieux, mers et océans s’ils n’étaient pas si nombreux. La carte est en effet surchargée de ces éléments toponymiques, qui ne laissent que très peu d’espaces vides. Cette densité textuelle permet par ailleurs d’accréditer l’érudition de son auteur. Les fleuves et rivières sont représentés par un tracé suivant la forme du courant tandis que les montagnes et les vallées adoptent une sémiologie classique pour ce type de représentation1

La seconde partie correspond aux iconographies parallèles, d’abord présentes à visée esthétique, elles ajoutent des informations sur les territoires représentés de la carte. D’une part, on observe des blasons des différentes entités territoriales ou régionales qui encadrent l’estampe. Ils sont colorés et précisent l’héraldique des territoires figurés. D’autre part, les façades maritimes sont elles aussi le lieu d’une iconographie spécifique. 

Bateaux naviguant dans les Golfes de Gascogne et de Lyon

Les deux bateaux, l’un plongé sur les côtes françaises de l’océan Atlantique l’autre sur le rivage de la mer Méditerranée, rappellent les voyages et échanges commerciaux entre le royaume de France et les autres continents. Une boussole surmontée d’un lys et deux animaux marins mythologiques2 viennent compléter le tableau du nord au sud-est de la carte. Le dernier espace iconographique est installé dans un cartouche doré. 

Scénette d’un homme courbé traversant un pont

Il représente une scénette d’un homme courbé traversant un pont qui relie une imposante fontaine à une pittoresque falaise. Sous cette scènette apparaît la mention « D. Derveaux Sculp. del. », indiquant qu’un certain D. Derveaux est le graveur (sculpsit) et le dessinateur (delineat) de la carte.

Enfin, la troisième partie regroupe les éléments textuels et écritures qui permettent d’identifier la carte. Au graveur de la carte, s’ajoute ainsi la mention de l’auteur et plus précisément des auteurs.

Cartouche de la carte de France dressée pour l’Usage du Roy
Mention de la partie inférieure droite de la carte de France dressée pour l’Usage du Roy

Ils sont essentiellement localisés dans le cartouche et la partie inférieure droite de la carte. Ils posent d’ailleurs davantage de difficultés au lecteur qu’ils offrent de réponse. En effet, trois dates et deux auteurs différents coexistent sur l’estampe. L’année 1721 est associée à Guillaume Delisle tandis que celles de 1745 et 1768 sont associées à Philippe Buache. Cette accumulation temporelle et nominale au sein d’une même carte indique qu’elle a d’abord été réalisée par Guillaume Delisle puis rééditée à deux reprises par Philippe Buache. Tentons dans la partie suivante d’analyser ses différentes éditions et rééditions pour identifier notre carte et retracer le fil de sa construction.

2 – L’enquête cartographique : éditions et rééditions cartographiques

Pour entamer notre enquête, partons de la date la plus ancienne inscrite sur la carte : 1721.

Cartouche de la carte de France avec la mention « Dressée pour l’Usage du Roy, en Avril 1721 »

Cette année apparaît dans la mention complète : « Carte de France dressée pour l’Usage du Roy en Avril 1721. Par Feu Guillaume Delisle, Premier Géographe de Sa Majesté de l’Académie R[oya]le des Sciences ». Cette inscription donne le nom de la carte et constitue la première étape de notre enquête. Elle désigne aussi bien la personne ciblée par la carte, le jeune Louis XV à cette période, qu’elle fournit la fonction de Guillaume Delisle comme premier géographe du roi. Ce titre est d’ailleurs créé pour l’occasion et permet de réaffirmer le rôle central joué par Delisle dans l’éducation du jeune prince3. Il est également membre de l’Académie Royale des sciences, d’abord en tant qu’élève-astronome de Jean-Dominique Cassini en 1702, puis membre permanent en 1718. Il est un producteur de cartes très actif durant la première moitié du XVIIIe siècle4 et reste le grand vainqueur d’une controverse cartographique qui l’oppose à Jean-Baptiste Nolin5

Suite à une recherche dans les fonds de la BnF, il apparaît que Guillaume Delisle a bien réalisé une carte de France en 17216. Le cartouche reprend d’ailleurs la mention exacte de notre carte : « Carte de France dressée pour l’usage du Roy ; Par Guillaume Delisle Premier Geographe de Sa Majesté, de l’Académie Royale des Sciences » dans lequel est ajouté l’indication de localisation et de date.

Cartouche de la carte de France – Guillaume Delisle – 1721 – BnF, Cartes et Plans, GE DD-2987 (380)

Ainsi, ce cartouche et sa représentation cartographique sont relativement similaires à la carte de notre étude. Il s’agit donc bien de notre carte origine, notre « patient zéro » de l’enquête. La seule différence majeure entre les deux cartouches réside dans l’utilisation du terme « Feu » employée dans la carte de notre étude. Cet ajout indique que l’auteur initial est décédé et permet d’envisager qu’il s’agit d’un ajout d’une réédition ultérieure.

Continuons notre enquête en prenant la seconde date inscrite sur la carte.

Partie inférieure droite de la carte de France avec la mention de Philippe Buache pour l’année 1745

Elle apparaît dans la mention de la partie inférieure droite : « Ph. Buache P. G. d. R. d. l’A. R. d. S. Gendre de l’Auteur. Avec Privilege du 30 Av. 1745 ». Elle indique que la carte a été rééditée 24 ans plus tard par Philippe Buache alors « Premier Géographe du Roi de l’Académie Royale des Sciences », même fonction et titre que Guillaume Delisle. En quelques mots, Philippe Buache est un géographe très actif durant tout le XVIIIe siècle, avec de nombreuses productions, et il se charge également d’actualiser et d’augmenter les travaux de son oncle Guillaume Delisle dont il hérite du fond7

Une recherche à la BnF permet de retrouver cette réédition de 17458. Les deux cartes ont l’inscription de la réédition au même endroit ce qui permet d’accréditer qu’il s’agit d’un intermédiaire à la carte de notre étude.

Mention de la partie inférieure droite de la carte de France – Philippe Buache – 1745 – BnF, Cartes et Plans, GE D-15310

À ce stade de l’enquête, on pourrait penser que la carte de Buache est la réédition à l’identique de celle de Guillaume Delisle. Toutefois, le cartouche principal de la carte de Buache nous invite à considérer une carte intermédiaire, celle de la veuve de Guillaume Delisle.

Cartouche de la carte de France – Philippe Buache – 1745 – BnF, Cartes et Plans, GE D-15310

En effet, ce cartouche indique que Buache a réédité la carte de la veuve Delisle qui a elle-même réédité celle de son mari Guillaume Delisle. On retrouve d’ailleurs cette carte dans les fonds de la BnF9 et son cartouche est parfaitement identique à celui de Buache.

Cartouche de la carte de France – Veuve Delisle- 1731 – BnF, Cartes et Plans, GE DD-2987 (381)

En d’autres termes, la veuve Delisle a réédité la carte de son mari en 1731, soit 3 ans après la mort du géographe en ajoutant la mention « Par Feu Guillaume Delisle » en son honneur. Nous avons déjà rencontré cette pratique dans un précédent billet. Cet intermédiaire cartographique entre la carte de Delisle et celle de Buache n’est pas directement lisible sur la carte de notre étude et n’apparaît que grâce à l’analyse détaillée. Pour résumer, Buache réédite en 1745 la carte de la veuve Delisle, datée de 1731, qui est la réédition de la carte de son mari de 1721. Vous me suivez ? À ce stade de l’enquête, trois intermédiaires ont été nécessaires dans l’élaboration de notre carte.

Pour clore cette enquête, prenons la dernière date gravée sur l’estampe qui apparaît dans la partie basse du cartouche.

Cartouche de la carte de France avec la mention « Et augmentée en 1768 par Philippe Buache son gendre »

Elle indique que la carte est « augmentée en 1768 par Philippe Buache son gendre. A Paris, où elle se distribue avec les Ouvrages Géog[raphiques] des 2 Auteurs sur le Quay de l’Horloge. Avec Privilége du Roy ». Cette mention indiquerait donc une ultime réédition par Buache. On retrouve trace de cette réédition par Buache dans les collections de la BnF10. Cette dernière n’est pas datée de 1768, comme l’indique notre carte, mais plutôt de 1764. Le cartouche suivant en témoigne.

Cartouche de la carte de France – Philippe Buache – 1764 – BnF, Cartes et Plans, GE C-6195

Hormis la date qui diffère d’un cartouche à l’autre, les deux semblent parfaitement identiques. Il s’agit donc bien de la dernière réédition de la carte de Guillaume Delisle, jusqu’à la nôtre bien sûr ! 

Après ce parcours, il semble que la carte que nous avons sous les yeux est le résultat de quatre opérations cartographiques antérieures, matérialisées par les quatre cartes ci-dessous.

Ainsi, notre carte est-elle de Buache ou de Delisle? La carte de notre étude semble davantage se rapprocher de la dernière réédition de Buache de 1764, mais conserve de nombreuses différences. En effet, l’encadrement des blasons et les images dans les espaces marins n’apparaissent pas dans les cartes antérieures. Ces différences ne permettent pourtant pas d’accréditer la paternité de notre carte à Buache. Que faire? L’historien doit alors retourner sur ces pas et constater que les éditions antérieures ne mentionnent pas de graveur contrairement à notre carte. En effet, notre carte mentionne la présence du graveur Daniel Derveaux : « D. Derveaux Sculp[sit]. del[ineat]. ». Glissée discrètement sous la scénette, cette mention serait la clef pour comprendre notre carte. Qui est alors notre invité mystère dont nous n’avons pas poussé l’analyse au début ?

3 – Daniel Derveaux, un imitateur de cartes anciennes

Daniel Derveaux (1914-2010) est un éditeur et imprimeur d’art selon le Who’s Who in France. Ce dernier est un dictionnaire biographique dressant la liste des personnages définis comme importants dans le paysage français et s’inspire du modèle britannique lancé au XIXe siècle. Ainsi, Daniel Derveaux aurait produit « près de 2500 dessins, une centaine de bois et linos gravés, 40000 épreuves d’eaux-fortes, 6000 pierres, zinc, aluminium, 300 gravures sur cuivre, 1000 tirages en sérigraphie, près de 10 millions d’exemplaires tirés ; des impressions publicitaires et éditions d’art par lithographies, typographie, et offset façon lithographie »11. Il alternerait avec différentes techniques de gravures et de dessins mais ce qui nous intéresse ici ce sont ses gravures de « cartes géographiques genre ancien »12. Il est effectivement très actif dans la copie et l’adaptation de cartes anciennes. Il fonde d’ailleurs sa propre maison d’édition qui existe encore aujourd’hui et qui est reprise par ses successeurs sous le nom d’Editions d’Art Daniel Derveaux. Il a également réalisé une copie du Jeu de France, que nous avons étudié dans un billet précédent. Il s’agit d’une adaptation assez différente de l’originale de Pierre Duval qu’il renomme le Ieu des Provinces de France imité du Ieu de l’Oye.

Il s’agit d’une adaptation de la réédition par Antoine de Fer de 1671. Tout comme avec notre carte, il y ajoute des petites scénettes de la vie quotidienne et rehausse les couleurs de l’estampe. Il y incorpore également des blasons, ce qui apparaît comme sa marque de fabrique puisque l’héraldique est également présent sur notre carte.

Ainsi, Daniel Derveaux est donc bien l’auteur, le graveur et le dessinateur de la Carte de France dressée pour l’Usage du Roy. Il prend pour modèle la carte de Philippe Buache qu’il copie et adapte. Outre les blasons en référence aux régions représentées sur la carte, il ajoute également la petite scénette sous le cartouche en modifiant celui initialement consacré aux échelles de la carte. 

Echelle de la carte de France – Philippe Buache
Cartouche de la Carte de France – Daniel Derveaux

Les histoires de faux tableaux d’art sont fréquentes et il n’est pas rare que certaines contrefaçons circulent sur le marché malgré la vigilance de certains spécialistes d’histoire de l’art. Dans notre cas, il ne s’agit pas d’un faux ni d’une contrefaçon, mais bien d’une adaptation d’une œuvre existante non soumise au droit d’auteur. Parfois insérées dans les fonds d’archives, les cartes de Daniel Derveaux peuvent facilement être confondues avec des cartes anciennes authentiques. Les notices bibliographiques permettent bien souvent d’éviter une mauvaise interprétation de la carte. Malgré tout, l’historien de la cartographie doit redoubler de vigilance pour ne pas se faire piéger par la vraisemblance d’un tel objet. La simple consultation d’une numérisation de cartes anciennes n’est pas toujours suffisante pour déceler l’original de la copie et le « goût de l’archive numérique » doit parfois se muer en « goût de l’archive »13 tout court. De plus, les graveurs de carte et de lettre sont bien souvent méconnus à l’époque moderne et il est fréquent de ne pas suffisamment les prendre en compte dans l’analyse cartographique. Cet exemple invite à une meilleure prise en compte de ses petites mains d’Ancien Régime, pourtant essentielles à la création cartographique. Une deuxième méthode d’analyse cartographique aurait été de relever l’ensemble des acteurs présents sur la carte et de les étudier en détail. Cette méthode aurait permis de s’intéresser davantage au graveur et voir d’emblée son aspect contemporain. En ratant Daniel Derveaux à l’analyse, on manque en quelque sorte la carte et son identification précise. Si la déception de ne pas posséder une carte de Delisle ou du Buache est grande, cette enquête aura toutefois permis l’identification précise de cet objet cartographique original.

Geoffrey Phelippot

Doctorant en histoire à l'EHESS

More Posts

  1. Voir en particulier le travail pionnier de François de Dainville, Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), Paris, CTHS, 1964 [2018]. []
  2. Chet A. Van Duzer, Sea monsters on medieval and Renaissance maps, London, The British Library, 2014, 143 p. []
  3. Pascale Mormiche, Devenir prince : L’école du pouvoir en France, CNRS Éditions., Paris, 2015 [2009]. []
  4. Nelson-Martin Dawson, L’atelier Delisle: l’Amérique du Nord sur la table à dessin, Sillery, Septentrion, 2000, 306 p. []
  5. Sur ce point, voir Numa Broc, « Une affaire de plagiat cartographique sous Louis XIV : le procès Delisle-Nolin. », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1970, vol. 23, no 2, pp. 141‑153 et Lucie Lagarde, « Le Passage du Nord-Ouest et la Mer de l’Ouest dans la Cartographie française du 18e Siècle, Contribution à l’Étude de l’Œuvre des Delisle et Buache », Imago Mundi, 1989, vol. 4, pp. 19‑43. []
  6. Consultable sur Gallica. []
  7. Sur Philippe Buache, voir en particulier Numa Broc, « Un géographe dans son siècle, Philippe Buache (1700-1773) », Dix-huitième Siècle, 1971, vol. 3, no 1, pp. 223‑235 ; Lucie Lagarde, « Philippe Buache, ou le premier géographe français, 1700-1773 », 1987, no 2, pp. 26‑30 et du même auteur « Philippe Buache (1700-1773), cartographe ou géographe? » dans Danielle Lecoq et Antoine Chambard (eds.), Terre à découvrir, terres à parcourir: exploration et connaissance du monde, XIIe-XIXe siècles, Paris, France, L’Harmattan, 1998, pp. 146‑165 ainsi que Isabelle Laboulais-Lesage, « Le système de Buache, une “nouvelle façon de considérer notre globe” et de combler les blancs de la carte » dans Isabelle Laboulais (ed.), Combler les blancs de la carte : Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (XVIIe-XXe siècle), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019, pp. 93‑115. []
  8. Consultable sur Gallica. []
  9. Consultable sur Gallica. []
  10. Consultable sur Gallica. []
  11. Voir le site de Luigi Ciompi et Adrian Seville : http://www.giochidelloca.it/scheda.php?id=2219. []
  12. Voir la page consacrée à Daniel Derveaux. []
  13. Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1997, 152 p. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geoffrey Phelippot (6 août 2020). Comment identifier une carte sans notice bibliographique ? Cartes sur Table. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mamr


6 réflexions sur « Comment identifier une carte sans notice bibliographique ? »

  1. Existe-t-il un site qui classe les cartographes selon les particularités de leurs cartouches ? On voit déjà que les cartouches d’une carte de Beaulieu sont facilement identifiables, pareillement pour Tassin.

    1. À ma connaissance non. Ce serait un très beau projet à envisager !
      Toutefois, ce travail impliquerait de prendre en compte plusieurs facteurs : l’influence des précédents cartouches, leur éventuelle copie, le travail du graveur de cartouche, celui du cartographe. Autant de paramètres qui peuvent, à mon sens, interférer dans l’identification des particularités des cartouches pour chaque cartographe.
      Je vous renvoie au très bel ouvrage de Chet Van Duzer, intitulé Frames that Speak : Cartouches on Early Modern Maps, qui étudie avec précision une trentaine de cartouches de cartes modernes.

  2. Quelle est la valeur de cette carte de France par feu Guillaume Delisle reprise par Dervaux.
    Merci pour votre réponse

    1. Je dirais entre 20€ et 30€, ce sont en tout cas les sommes qui apparaissent sur différents sites marchands. C’est un bon moyen de se procurer une carte “ancienne” !

  3. Bonjour
    Merci pour cette enquête
    J aurais une question toponymique. Depuis quand le “Golfe de Lyon” est-il devenu le “Golfe du Lion” et pourquoi ce changement ?
    Merci beaucoup!

    1. Bonjour,
      Je vous remercie pour votre retour.
      Concernant le « Golfe de Lyon » (ou du Lion), il s’agit d’une très bonne question qui mériterait d’ailleurs un approfondissement. Le terme de « Golfe du Lion » prédominerait, très vraisemblablement en raison de la forme de la côte aperçu par les marins voguant sur la mer. L’étymologie semble malgré tout sujette à caution.
      Concernant l’utilisation du terme de « Golfe de Lyon », il semble apparaître dans ses années, d’abord dans cette carte de France de 1721 puis dans celle dressée par le professeur d’hydrographie Filliol et Guillaume Delisle en 1725. Intitulée Carte du Golfe de Lyon, elle est disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531192767/f1.item.zoom
      Pour répondre plus clairement à votre question, il semblerait que le terme de « Golfe du Lion » soit employé jusqu’au début du XVIIIe siècle. Ensuite, le terme de « Golfe du Lyon » supplante (ou coexiste avec) l’autre terme jusqu’à l’utilisation définitive (autour de 1900) du terme de « Golfe du Lion ». Je vous renvoie vers ce lien où j’ai pu trouver quelques informations qui restent à vérifier : http://capmeroccitanie.fr/golfe-lion-de-lyon/
      Ce sujet est en effet passionnant, il mériterait d’ailleurs un billet à part entière !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.