Comment faire une carte lorsqu’on est mort ?

Pierre Duval est un producteur de cartes parisien du XVIIe siècle1. Il est le neveu du célèbre géographe Nicolas Sanson et obtient le titre de géographe du roi en 1650. Il réalise de nombreuses cartes et atlas ainsi qu’une série de huit jeux pédagogiques dans le but d’enseigner la géographie et la cartographie2. L’objet de ce billet est d’analyser une carte datée de 1686 et signée par Pierre Duval trois ans après sa mort. Alors qu’il semble a priori difficile de réaliser une carte dans de telles conditions, tentons par ce billet de résoudre cette énigme.

Sommaire

  1. La Carte Universelle du Commerce sur la table d’autopsie
  2. Carte d’un mort : l’après Pierre Duval

1. La Carte Universelle du Commerce sur la table d’autopsie

Au premier regard, on constate que cette Carte Universelle du Commerce adopte l’échelle du globe pour représenter les routes commerciales qui découpent les océans. Ces routes sont figurées par autant de lignes qui dessinent le chemin emprunté par les vaisseaux européens à la conquête commerciale des continents extra-européens.

Vaisseaux européens en direction des « Indes occidentales »

Le tout reposant sur un planisphère en projection de Mercator, relativement classique pour l’époque3. Ce choix n’est pas anodin puisqu’il fait de l’Europe le centre de ce qui serait un monde d’échanges. Pierre Duval justifie ce choix par la position du continent européen comme point de départ de cette course commerciale dans laquelle se lancent les Européens au XVIIe siècle.

Il n’est pas question ici de s’attarder sur la représentation cartographique en elle-même qui mériterait une étude plus approfondie, aussi bien sur la toponymie que sur le tracé des continents. Notons toutefois que la carte n’est pas seulement cernée par les routes commerciales, mais bien quadrillée par des lignes horizontales et verticales qui représentent respectivement les données de latitudes et de longitudes. La mire centrale correspond d’ailleurs au méridien origine et sert de référence pour placer les autres points sur la carte.

Méridien origine passant par l’île de Fer

D’une valeur de 0° de longitude, ce méridien passe ici par les îles de Fer, c’est-à-dire l’archipel des Canaries, bien avant l’adoption du méridien de Greenwich à la fin du XIXe siècle4.

Concernant le tracé des continents, l’Amérique est amputée de sa partie ouest, tout comme l’Australie de l’est, et la Californie reste à cette période pensée comme une île5.

Il s’agit bien, à quelques détails près, d’une représentation « classique » de la surface du globe à cette période.

L’Amérique et l’île de la Californie
L’Australie amputée de sa façade est

Tandis que la partie cartographique semble ne poser aucun problème, attardons-nous sur la partie non-cartographique regroupée dans la partie supérieure de la carte. Cette bande horizontale constitue le lieu d’une identification précise de la carte. Cette partie reprend ainsi l’ensemble des éléments qui permettent d’attribuer, de qualifier, de désigner et  d’identifier l’objet que nous avons entre les mains. 

Titre et auteur de la carte

Le titre, Carte universelle du commerce, nomme l’objet cartographique et est associé à un sous-titre qui vient préciser et qualifier l’objectif de l’auteur dans cette carte : « c’est-à-dire Carte Hidrographique, où sont exactement décrites, Les Costes des 4 Parties du Monde, Avecque les Routes pour la Navigation des Indes Occidentales ». Dans le Mercure géographique d’Augustin Lubin6, l’hydrographie est la description de l’eau tandis que la géographie et celle de la terre. Selon lui, l’intérêt de l’hydrographie est bien plus la navigation des hommes sur la mer que la mer seule.

La mention de l’auteur « P. Du-Val » apparaît en dessous du nom de la carte et est suivie de son titre de géographe du roi. Ce dernier permet d’accréditer l’auteur d’une certaine aptitude à réaliser des cartes7.

Portrait de Pierre Duval – Archives municipales et bibliothèque patrimoniale – Abbeville

D’une précision chirurgicale, l’adresse renvoie ici au lieu dans lequel il est possible de retrouver cette carte et qui correspond à l’adresse de Pierre Duval8.

Précision de l’adresse de Pierre Duval

Elle permet l’identification du lieu d’édition de la carte avec précision afin que le potentiel acheteur puisse aisément le retrouver. Juste après l’adresse apparaît la mention du privilège permettant d’assurer le monopole de la production et de l’édition de la carte pour 20 ans. Alors que le droit d’auteur n’est que balbutiant à cette période, la mention du privilège permet à l’auteur de ne pas être copié dans le royaume, le roi n’ayant toutefois pas les moyens d’éviter le plagiat dans d’autres États européens. 

La partie gauche de la bande horizontale correspond à « l’Explication des Marques pour les Routes », c’est-à-dire la légende de la carte.

« Explication des Marques pour les Routes » ou Légende de la carte

La nature du tracé permet de différencier la direction des routes commerciales selon qu’il s’agit d’un aller vers les Indes occidentales et Orientales ou d’un retour. 

2. Carte d’un mort : l’après Pierre Duval

Pourquoi est-il alors pertinent de s’arrêter dans ce billet sur cette carte? Le problème majeur soulevé par cette carte réside dans la date de 1686 inscrite directement à la suite du nom et du titre de géographe du roi de l’auteur. La notice de la BnF insère d’ailleurs les dates de Pierre Duval juste avant d’indiquer qu’il est « l’auteur du texte ».

Notice de la BnF

S’agit-il d’une carte isolée? Une recherche avancée dans le catalogue général de la BnF permet de le vérifier. Pour cette recherche, il convient de chercher à Pierre Duval entre 1684 et 1700, c’est-à-dire un an après sa mort et pendant une période de 26 années pour obtenir un intervalle relativement significatif. Il faut ensuite réduire la recherche par « Auteurs, contributeurs » et se focaliser sur celle de Pierre Duval. Il apparaît que Pierre Duval est très actif après sa mort ! Il réalise près de 315 productions entre 1684 et 1700. Les manipulations dans Gallica sont détaillées ci-dessous.

Vous l’aurez compris, le spectre de Pierre Duval ne s’est pas réveillé pour dessiner cette carte. La réponse est évidemment à chercher du côté de ses successeurs. Si en 1686 Pierre Duval n’est plus de ce monde, la production du géographe est reprise à sa mort par sa femme et ses deux filles, succession traditionnelle à l’époque moderne. Ces dernières rééditent de nombreuses cartes du géographe en inscrivant leur filiation respective sur les rééditions. Par exemple, le Planisphère ou Carte Générale du Monde réalisée en 1668 par Pierre Duval est réédité par l’une de ses filles.

Un exemple similaire peut se trouver dans les fonds de la BnF avec la mention de la veuve de Pierre Duval. De plus, la femme et les filles Duval s’associent au Père Placide de Sainte-Hélène, augustin déchaussé et frère de Marie Desmaretz, la veuve de Pierre Duval9.

Portrait du Père Placide de Sainte-Hélène – 1714 – David Rumsey Map Collection

En effet, le Père Placide fournit une aide précieuse à la famille Duval dans la réalisation de cartes ainsi qu’un savoir-faire et une légitimité par son titre de géographe du roi. Il réalise ainsi de nombreuses cartes, nouvelles ou rééditions de Pierre Duval. Cette collaboration permet la survivance du nom de Pierre Duval et la réédition de nombreuses cartes après sa mort. 

Revenons à la Carte Universelle du Commerce datée de 1686. Tout comme le Planisphère ou Carte Générale du Monde, il s’agit bien d’une réédition à l’identique d’une carte datée de 1677 qui elle-même est la réédition d’une première datée de 1674. Cette dernière est presqu’identique aux deux autres, hormis la décoration fleurie présente dans la bande supérieure. Deux opérations matérielles précèdent alors la carte de 1686, objet du billet, à savoir la conception et l’édition par Pierre Duval en 1674 avant sa réédition en 1677.

L’analyse détaillée de la carte de 1686 permet d’observer les traces d’une première édition. En effet, on observe sur celle-ci, tout comme celle de 1677, le grattage de la planche de cuivre permettant de gommer la trace de l’ancienne date de 1674.

Date 1674
Grattage du cuivre original de la carte de 1674 sur celle de 1686

Les deux rééditions de 1677 et 1686 ont par ailleurs les dates au même endroit, juste après le nom et le titre de l’auteur.

Cet exemple illustre bien que la carte est un palimpseste, c’est-à-dire qu’elle porte les marques de son histoire, de ses modifications et rééditions10. Caché au sein même de la carte, cet indice permet de retracer son histoire et sa matérialité.

Une interrogation demeure toutefois. Pourquoi ne pas avoir mentionné la réédition sur la carte? La réponse est certainement à chercher dans les opérations matérielles de production cartographique. Une carte au XVIIe siècle est bien souvent le résultat d’une gravure en creux sur une planche de cuivre, appelée aussi taille-douce, qu’on recouvre d’encre avant de poser la feuille d’estampe et d’imprimer à l’aide d’une presse. Les planches de cuivre font parti des objets légués lors de la succession et leur manipulation nécessite un savoir technique spécifique. Il est alors plus facile de ne changer que la date de la carte plutôt que d’ajouter une mention supplémentaire d’une éventuelle réédition.

Tandis que la reconstitution du milieu professionnel des successeurs de Pierre Duval reste en grande partie à explorer, il semble pourtant que la carte de 1686 est bien l’œuvre de ses successeurs. Dire que la carte a été réalisé par Pierre Duval n’est pas totalement faux, mais il serait préférable d’indiquer qu’il s’agit d’une réédition par ses successeurs d’une carte réalisée 12 ans auparavant. 

« Vous voyez, mais vous n’observez pas, c’est certain »11

C’est par ces mots que Sherlock Holmes répond sèchement à Watson avant d’évoquer le nombre de marches d’un escalier. L’historien, et précisément l’historien de la cartographie, doit être un détective qui cherche à débusquer les indices laissés par ses sources et ses cartes pour les interpréter et les comprendre. Par leurs confrontations, il a été possible d’approfondir l’étude de cette carte en considérant l’acte de rééditer comme une opération matérielle spécifique.

Geoffrey Phelippot

Doctorant en histoire à l'EHESS

More Posts

  1. Pour une brève présentation de Duval par Stéphane Blond voir ICI []
  2. Voir en particulier mon mémoire de master : Geoffrey Phelippot, « Naissance de la géographie ludique au XVIIe siècle, les jeux pédagogiques de Pierre Duval », Mémoire de master en Histoire et civilisations, sous la direction de Lucien Bély, Paris, Université Paris-IV Sorbonne, 2016 []
  3. Pour une approche mathématique de la cartographie et de la projection de Mercator, voir l’intervention de Patrick Popescu-Pampu intitulée « Gérard Mercator et l’art de spirale en allant tout droit » présentée aux 5 à 7 de l’Académie des Sciences le 25 février 2020 et disponible ICI (minutage 32:45 – 53:45) []
  4. Voir Lucie Lagarde, « Historique du problème du Méridien origine en France », Revue d’histoire des sciences, 1979, vol. 32, n°4, p. 289‑304 []
  5. Sur la représentation du continent américain à cette période (Terre de Ieso et détroit d’Anian), voir en particulier Lucie Lagarde, « Le Passage du Nord-Ouest et la Mer de l’Ouest dans la Cartographie française du 18e Siècle, Contribution à l’Etude de l’Oeuvre des Delisle et Buache », Imago Mundi, 1989, vol. 4, p. 19‑43. []
  6. Augustin Lubin, Mercure géographique ou le Guide du curieux des cartes géographiques, Paris, Christophe Rémy, 1678 (ICI []
  7. Sur les titres de géographe à l’époque moderne voir Christine Marie Petto, When France was king of cartography: the patronage and production of maps in early modern France, Lanham-Plymouth  : Lexington Books, 2007 []
  8. Voir la notice sur Pierre Duval dans Mireille Pastoureau. Les atlas français, XVIe-XVIIe siècles. Répertoire bibliographique et étude, Paris, Bibliothèque nationale, Département des cartes et plans, 1984, p. 135 et la notice de la BnF []
  9. Voir la notice sur le Père Placide dans Mireille Pastoureau. Les atlas français, XVIe-XVIIe siècles. Répertoire bibliographique et étude, Paris, Bibliothèque nationale, Département des cartes et plans, 1984, pp. 367-369 []
  10. Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, vol. 6, no. 6, 1980, pp. 3-44 []
  11. Réponse de Sherlock Holmes à Watson dans Un scandale en Bohême d’Arthur Conan Doyle []