Entretien Virtuel pour le tricentenaire de la mort de Nicolas de fer (1647-1720)

Le tricentenaire de la mort de Nicolas de Fer est l’occasion de revenir sur la carrière d’une figure polyvalente du monde de la cartographie à Paris. Tantôt cartographe, graveur, éditeur et marchand, Nicolas de Fer reste un personnage méconnu de l’histoire de la cartographie à l’époque moderne. À la manière des entretiens virtuels de l’IGN sur les géographes illustres, ce premier billet constitue une première entrée dans le carnet. Cet entretien présente le producteur et vendeur de cartes qui m’accompagne depuis bientôt trois années et qui devrait faire encore un bout de chemin avec moi.

Nicolas de Fer – Universitätsbibliothek Leipzig

Carnetier : Je vous remercie de m’accorder cet entretien exclusif pour ce premier billet du carnet Cartes sur Table et en l’honneur du tricentenaire de votre mort.

Nicolas de Fer : Je vous en prie. Je commençais à m’impatienter ! Le site de l’IGN s’est entretenu avec Vincenzo Coronelli, l’un de mes contemporains et fabricant de globes, et mon collaborateur et ami, Philippe de la Hire. À croire que seuls les grands hommes vous intéressent !

C: Certes et c’est bien pour cela que ce carnet vous donne la parole ! Vous venez d’évoquer Philippe de la Hire comme collaborateur. À quand remonte votre collaboration?

De Fer : Notre relation a commencé véritablement en 1702 lorsque j’ai édité ses deux planisphères célestes. Toutefois, je connaissais ses travaux bien avant, en particulier ses Tables astronomiques rééditées de nombreuses fois. Ces dernières m’ont permis de déterminer les longitudes et de faire des cartes plus précises.

C : Il est vrai que dans votre abondante production vous reproduisiez un tableau de longitudes. Est-ce alors une inspiration directe au travail de l’académicien ?

Tableau de longitude et de latitude tiré de la carte de France – Nicolas de Fer – 1708 – BnF

De Fer : Absolument ! Philippe de la Hire m’a permis de prendre la mesure de l’importance des longitudes et de leurs calculs. Ces petits tableaux, présents dans certaines cartes, donnent du crédit à mon travail. Les lecteurs peuvent ainsi en vérifier les données.

C : Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’utiliser une multiplicité de sources cartographiques, qui semblent incompatibles les unes avec les autres, au sein d’une seule et même carte?

De Fer : En d’autres termes, vous vous voulez savoir s’il est possible d’utiliser sur une même carte des données de l’Académie royale des sciences et celle d’un voyageur.

C : Tout à fait, c’est-à-dire que ces données peuvent a priori sembler contradictoires.

De Fer :  Je me suis déjà défendu dans plusieurs lettres à ce sujet. Si vous évoquez ici ma prise de bec avec Guillaume Sanson, je ne souhaite pas développer davantage. Il apparaît que certains géographes n’apprécient guère ma méthode cartographique.

C : C’est bien noté. Pour revenir sur votre production, vous avez pu faire la première Mappemonde française réalisée sur les observations de l’Académie Royale des sciences. Est-ce bien cela?

De Fer : Tout à fait ! C’est avec une grande fierté que j’ai pu réaliser cette Mappemonde en 1694 avant de publier les cartes d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. Ces grandes cartes m’ont pris beaucoup de temps, près d’une année pour chaque, mais je les voulais précises et belles.

C : Il est vrai que ces cartes présentent effectivement une riche iconographie du continent représenté. Je pense en particulier à celle de l’Afrique, un véritable travail d’orfèvre.

De Fer : Je vous remercie de reconnaître la qualité de mon burin. C’est vrai que mes contemporains, s’ils n’ont pas vraiment relevé ma capacité de cartographe, m’ont reconnu celle de graveur. J’aime accompagner mes cartes d’une iconographie parallèle, permettant aux lecteurs de s’orienter et de se représenter l’espace.

C : Si je lis bien votre curriculum vitæ, vous avez d’abord reçu une formation de graveur, ce qui explique d’ailleurs votre aptitude à graver.

De Fer : Effectivement, j’ai d’abord été apprenti chez Louis Spirinx, graveur parisien, avant de reprendre la boutique familiale en 1687. Je me suis alors lancé pleinement dans la production et la vente de cartes.

C : De graveur à cartographe, quel est le lien entre ces deux activités?

De Fer : La carte est une forme spécifique de gravure. Après la conception et le premier dessin d’une idée, il convient de la graver sur une estampe. L’acte de graver fait partie intégrante de notre profession. J’ai gravé un certain nombre de mes cartes, mais j’ai aussi sous-traité à des graveurs plus spécialisés comme Nicolas Guérard.

C : Vous êtes également éditeur et marchand de cartes.

De Fer : Effectivement. Certains de mes collègues vivent d’une pension qui leur est versée ou enseignent la géographie. D’autres, la grande majorité à vrai dire, moi y compris, vivent de leurs productions. Par conséquent, il faut donc vendre beaucoup pour amortir le coût avancé de la conception d’une carte ou d’un atlas. Il faut également savoir se vendre et comme Mercator, je me défends plutôt bien dans ce domaine !

Titre de la carte de l’Amérique – Nicolas de Fer – 1698 – BnF
Rappel de l’adresse et du nom de la boutique dans la carte de l’Amérique – Nicolas de Fer – 1698 – BnF

C : Vous tenez boutique sur le quai de l’Horloge, à côté du Palais. Est-ce exact ?

De Fer : Exactement ! Ma boutique, qui est également mon atelier, se nomme à la Sphère Royale, rappelant évidemment la sphère armillaire, objet pédagogique pour étudier le mouvement des astres. L’adjectif « royal » rend, quant à lui, honneur à notre roi Louis XIV.

C : Bien que votre boutique rappelle la monarchie française, vous n’avez jamais été géographe du roi.

De Fer : Non hélas ! Je suis toutefois géographe du Dauphin, le premier fils du roi, qui héritera du trône si sa santé le lui permet. Je suis également parvenu à me hisser au titre de géographe du roi d’Espagne, une sorte de géographe des deux couronnes !

C : Nous sommes bien d’accord que le roi d’Espagne, c’est Philippe V, le petit-fils de Louis XIV et fils du Dauphin et que c’est essentiellement pour cette raison que vous êtes son géographe après 1700.

De Fer : De toute évidence, mon titre de géographe du Dauphin m’a servi de tremplin dans l’obtention du titre de géographe du roi d’Espagne.

C : Si vous deviez sélectionner deux œuvres majeurs de votre travail, quelles seraient-elles ?

De Fer : Il s’agirait de l’atlas des Forces de l’Europe ou Introduction à la fortification et de l’Atlas curieux. Le premier constitue mon premier atlas d’envergure réalisé en cinq années de travail acharné, tandis que le second m’a pris le même temps pour illustrer les beautés de notre monde : des jardins français aux cartes des continents en passant par des plans d’architectures.

C : La publication de ces deux atlas prenait la forme de livraisons. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs de quoi il s’agit?

De Fer : Ce fonctionnement me permettait de livrer un nombre limité de cartes tous les six mois à un an. Je publiais environ une vingtaine de cartes que je conseillais à mes lecteurs d’ajouter à la suite des premières. L’ensemble formant ainsi un atlas à savoir un livre dans lequel les cartes occupent une place plus importante que le texte.

C : Notre entretien arrive à son terme. Auriez-vous un mot de la fin?

De Fer : J’aimerai souhaiter bonne chance à mes gendres, Guillaume Danet et Jacques-François Bénard, qui ont repris la boutique à ma mort en 1720. J’ai essayé de les former aux mieux, mais le marché cartographique parisien n’est plus celui que j’ai connu. Si j’ai pu en vivre, même très bien de mon vivant, l’entreprise cartographique devient périlleuse à cause des lourds investissements qu’il faut avancer pour faire une carte ou un atlas. Il suffit de voir l’entreprise des Cassini, qui a pris un temps considérable à se mettre en place, pour s’en convaincre.

Geoffrey Phelippot

Doctorant en histoire à l'EHESS

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geoffrey Phelippot (7 avril 2020). Entretien Virtuel pour le tricentenaire de la mort de Nicolas de fer (1647-1720). Cartes sur Table. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mamo


2 réflexions sur « Entretien Virtuel pour le tricentenaire de la mort de Nicolas de fer (1647-1720) »

  1. Cela me semble excellent et très interactif.
    L’adresse quai de l’horloge à Paris est elle la même ou proche de celle de Madame Roland, égérie des Girondins sous la Révolution ?
    Les globes de Coronelli sont actuellement exposés à la Bibliothèque Francois Mitterrand, ce serait peut être bien de les inclure en reproduction.

    1. Je vous remercie de ce retour. Il s’agit d’un premier billet, d’autres devraient suivre dans les prochains jours.
      Concernant les globes de Coronelli (céleste et terrestre), je n’ai pas souhaité les insérer ici puisque ce billet reste exclusivement centré sur Nicolas de Fer. De plus, ils sont déjà reproduits dans le lien attaché au nom Vincenzo Coronelli présent au début de cet entretien.
      Enfin, Madame Roland semble bien habiter sur le même quai de l’Horloge que Nicolas de Fer, sur l’île de la Cité, mais quelques années plus tard.

Les commentaires sont fermés.